sport

Golf – Tournois majeurs – US Open : DeChambeau décroche son premier Majeur

L’Américain Bryson DeChambeau a remporté l’US Open, le premier Grand Chelem de sa carrière à 27 ans, dimanche à Mamaroneck (New York) où il a brillamment dompté le Winged Foot, un des parcours les plus coriaces au monde. Il succède au palmarès à Gary Woodland et devient le troisième joueur après les légendaires Jack Nicklaus et Tiger Woods à être sacré dans ce Majeur après s’être également adjugé les championnats universitaire (NCAA) et l’US Open amateur (en 2015).

Comme il y a deux mois et demi au Rocket Mortgage Classic, sa sixième victoire jusque-là sur le PGA Tour, le 9e joueur mondial a devancé le leader de la veille, Matthew Wolff, seulement 21 ans, de six coups, alors qu’il en accusait deux de retard au départ de ce 4e et dernier tour. Connu pour son approche scientifique de son sport – «je tente de comprendre la biomécanique de mon corps», disait-il en 2018 -, souvent muni d’un compas avec son carnet de parcours, travailleur acharné, mais aussi très régulièrement pointé du doigt pour son jeu lent, il a profité de l’interruption forcée de la saison à cause du coronavirus pendant trois mois pour suivre un régime hyper-protéiné qui lui a fait prendre 20 kg.

Ce qui lui a évidemment permis de gagner en puissance sur ses drives, atteignant notamment la distance phénoménale de 387 mètres au Memorial mi-juillet ! Il a aussi eu la mésaventure de casser son driver en deux en tentant de s’appuyer sur la canne juste après un coup, au dernier USPGA dont il a fini 4e ex-aequo avec… Wolff. Ces deux-là ne se sont donc pas vraiment quittés cet été, mais DeChambeau a été plus solide que son adversaire en cette journée dominicale légèrement balayée par le vent. Et ce n’est pas tant grâce à ses muscles, qu’à sa précision en seconde approche ou au putt, qu’il doit son succès.

Ainsi, quand Wolff commettait trois bogeys sur les 8 premiers trous, lui a réussi le birdie au 4, avant une formidable passe d’armes au 9 sur lequel l’un comme l’autre ont réussi un eagle. Sur le retour, DeChambeau, dont le meilleur résultat dans un US Open (en cinq départs) était alors une 15e place (à Oakmont en 2016) a encore accentué son avance avec un autre birdie au 11, profitant de deux nouveaux bogeys et d’un double-bogey au 16 de son principal, pour être le seul de tous les derniers concurrents en lice à finir sous le par (avec quatre cartes sous ou dans le par : 69, 68, 70 et 67). 

Malgré des greens très durs et donc très rapides, des positions de drapeaux plus que jamais diaboliques, sans oublier un vent toujours présent ce dimanche à Winged Foot (New York), Romain Langasque, le seul français à avoir franchi le cut vendredi soir, a signé une ultime carte de 73 (+3) avec deux birdies contre cinq bogeys. L’Azuréen a touché dans ce dernier tour 7 fairways sur 14 (contre 1 sur 14 lors du 3e tour) pour 61 % de greens pris en régulation. Son score final de 293 (+13) l’envoie à la 34e place à +13 (293). C’est son meilleur résultat en Majeur !  

A lire aussi

Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close