international

La communauté maronite du Liban ébranlée par le drame


Réservé aux abonnés

L’explosion ayant dévasté les rues de Beyrouth il y a plus d’une semaine a touché des quartiers majoritairement chrétiens.

Par Sunniva Rose

Des chrétiens maronites libanais sont rassemblés dimanche, sur les hauts plateaux de Qurnat al-Sawda, pour célébrer une messe d’hommage aux victimes de l’explosion qui a dévasté Beyrouth.
Des chrétiens maronites libanais sont rassemblés dimanche, sur les hauts plateaux de Qurnat al-Sawda, pour célébrer une messe d’hommage aux victimes de l’explosion qui a dévasté Beyrouth. Aram Abdo.

Bcharré

La scène était presque biblique. Sur le plus haut sommet du Moyen-Orient, une cinquantaine de chrétiens issus de la communauté maronite libanaise ont prié dimanche pour les 171 morts dans l’explosion qui a dévasté Beyrouth, le 4 août dernier. Depuis plus de mille ans, les habitants de Bcharré, bastion historique des maronites dans le nord du Liban, se réunissent début août pour fêter la transfiguration de Jésus au cours d’une messe en plein air sur les hauts plateaux de Qurnat al-Sawda, à plus de 3 000 mètres d’altitude.

Cette année, le prêtre Hani Tawk a dédié la messe à «tous les innocents qui sont tombés, victimes de ceux qui n’ont aucun respect pour la vie humaine». Debout devant une simple croix construite avec trois planches de bois, le prêtre a appelé ses fidèles, assis sur le sol encore tapissé de neige, à l’unité face au désastre.

L’unité. Dans le petit pays aux 18 communautés religieuses, où le pouvoir est divisé suivant des lignes confessionnelles, le concept n’est pas

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

Annulable à tout moment

Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close